La COP22 : quels enjeux pour l’ECSI?

Le 7 au 18 novembre, les hauts-es dirigeants-es du monde entier se réunissent à Marrakech pour la 22e Conférence des Parties (COP22). Un an après le célèbre Accord de Paris, l’heure arrive pour passer à l’action.Ce billet est le premier dans une série sur le développement durable et les politiques internationales.

L’année 2015 était une année phare non seulement pour l’évaluation comme l’année internationale de l’évaluation, mais également pour des accords internationaux sur le développement durable. Décembre 2015 a connu le passage de deux accords importants pour l’avenir de notre planète : les Objectifs du développement durable dans le cadre de l’Agenda 2030 et l’Accord de Paris signé lors de la COP21 à Paris.

L’année 2016 a vu les fruits de ces labeurs avec de premières publications sur la mise en œuvre de ces accords internationaux. Le secteur de l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) n’a pas tardé à se jeter dans le jeu avec plusieurs publications dédiées au lien entre ces textes et l’éducation au développement durable.

L’éducation au développement durable
L’ECSI se trouve au centre de la lutte contre le changement climatique. Spécifiquement, le côté de l’éducation au développement durable (EDD) apparaît comme un sujet clé. En 1987, l’ONU définit le développement durable comme : « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». L’EDD s’appuie sur trois piliers : la société, l’environnement et l’économie. En regardant le développement sous ces trois faces et leurs interactions, l’EDD permet d’appréhender la complexité du monde contemporain. Un concept transversal, elle touche à chaque discipline.

Bien que l’EDD ne soit pas nouveau, les premières circulaires établissant son intégration datent de 2004, L’ECSI se montre de plus en plus importante à intégrer dans nos écoles. Notamment, « cette politique éducative est menée en prenant en compte les grands enjeux du XXIe siècle, liés, par exemple, aux ressources, au climat, à la biodiversité, à la croissance démographique et urbaine, ou à l’alimentation, à la cohésion sociale, à la solidarité internationale et au développement humain » (Eduscol). Il faut apprendre agir différemment face aux nouvelles contraintes et nouvelles opportunités de notre siècle.

L’ECSI souligne l’interdépendance de notre monde et notre lien avec l’environnement. Notre mode de vie impacte d’autres personnes et nos choix ont des effets de débordement. L’ECSI nous pousse donc à penser aux autres et à la manière dont nos actions auront un effet d’entraînement. L’intégration de l’EDD et plus généralement l’EDD dans le cursus scolaire mènent des élèves à penser autrement. « Les élèves peuvent ainsi comprendre les interdépendances entre l’environnement, l’économie, la société et les cultures à l’échelle mondiale et les enjeux au niveau temporel pour l’environnement » (Citoyen demain). Cette perspective permet une politique et des réponses plus adaptées aux problématiques du XXIe siècle.

La COP22
COP22 à MarrakechDiscuter des actualités présente une manière d’approcher l’EDD dans la salle de classe. Actuellement à Marrakech, la COP22 déroule du 7 au 18 novembre 2016. Les espoirs de réussite et les peurs d’échec de cette 22e édition sont ancrés dans l’histoire des Conférences.

Lors du 1992 au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, 195 pays et l’Union européenne ont créé La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CNUCC). Des conférences annuelles étaient mises en places. Ces Conférences des parties (COP) ont pour objet de restreindre le réchauffement climatique déclenché par des activités humaines et de limiter les six gaz à effet de serre. La première COP a eu lieu en 1995 à Berlin.

Lors de la COP3 en 1997, le Protocole de Kyoto s’adresse aux pays d’Annexe I (les pays développés : Japon, Australie, Kazakhstan, Russie, Canada, et l’Union européenne) à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’au moins 5 % entre 2008 et 2012. Le protocole de Kyoto a trois faiblesses : ratification, exigences légales, différenciation. Les États-Unis ne le ratifient pas ; le Canada se retire des obligations en 2011 ; la Chine n’est pas concernée.

En 2009, les pays se sont réunis afin de rediscuter la suite du Protocole de Kyoto à Copenhague. La COP15 incarne un des plus grands échecs des négociations internationaux. Comme les COP fonctionnent par vote unanime, aucun accord légal était signé. Le document final de Copenhague note seulement un intérêt de limiter le haussement de la température du 2 °C.

Le décembre 2015, après des années de préparation et de sensibilisation, la COP21 a réussi un Accord accepté par toutes les parties prenantes. L’Accord diffère de celui de Kyoto, car il s’adresse à tous les pays, développés ou en voie de développement, de la même façon. L’Accord est également basé sur les contributions nationales (INDC) publiées en avance de la COP21 et alors s’aligne avec des politiques déjà prévues ou en place au niveau national. Le 4 novembre 2016, l’Accord de Paris entrait en vigueur avec la ratification par 55 pays qui représentent 55 % des producteurs de la pollution mondiale. Néanmoins, l’ONU note que la somme des propositions déclarées dans les INDC représente un haussement des températures de 3 °C.

Les attentes de Marrakech sont alors plusieurs. D’abord, de passer à l’action avec une feuille de route pour achever l’Accord de Paris d’ici 2020. Ceci sera accompagné par une feuille de route de financement, notamment à travers le Green Climate Fund qui cherche à mobiliser 1 M USD en financement pour des projets d’adaptation et mitigation. En suite, un plan de renforcement des capacités et du transfert des technologies sera élaboré.

La COP22 présente un moment clé : les négociations sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. La COP21 a montré les bonnes intentions des pays dans la lutte contre le réchauffement planétaire, mais il faut désormais passer à l’action. Les acteurs de l’ECSI peuvent non seulement suivre ce qui se passe pendant ces deux semaines à Marrakech, mais aussi contribuer à l’avancement vers l’action avec l’intégration des éléments de la COP22 et l’Accord de Paris dans les projets et les programmes ECSI à l’avenir.

En savoir plus : les bonnes adresses
Suivre toute l’action de la COP22 à Marrakech à travers les sites, applications, et outils suivants afin de l’intégrer d’une discussion des suites des négociations du changement climatique à vos projets, programmes et salles de classe.

Pour plus d’idées des projets que vous pouvez mettre en place dans le milieu éducatif ou des astuces pour l’intégration des enjeux de l’ECSI et l’EDD dans vos enseignements:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s